jeudi 24 décembre 2015

Roms: des personnes en situation irrégulière et une classe ethnique comme modèle d'intégration

Jeff Pachoud AFP


A Saint-Genis-les-Ollières, dans la banlieue lyonnaise, le préfet met en place une classe ethnique et choisit des Roms en situation irrégulière comme modèles d'intégration

On croyait le socialisme à la française disparu corps et âme avec les renoncements successifs de Hollande à toutes ses promesses électorales. Et bien non. Qui a dit que le parti socialiste était un parti raciste avec des dirigeants qui appellent à la haine ? (1)
Il existe encore en France des préfets généreux, humanistes et la main sur le cœur qui n’hésitent pas une seconde à violer la loi pour imposer leur vision de la solidarité. Les socialistes peuvent s’en féliciter, les autres peuvent au choix s’en indigner, en pleurer, ou y trouver une raison supplémentaire de voter Front National.

Saint-Genis-les-Ollières est une petite commune de l’ouest lyonnais qui compte un peu plus de 4 000 habitants. Pour le plus grand bonheur de ses habitants, elle abrite un terrain appartenant à l’état et sur lequel sont déjà hébergés 85 demandeurs d’asile.
Pas totalement désintéressé et soucieux de marcher dans les traces de son prédécesseur, Michel Delpuech, nouveau préfet du Rhône, décide de lancer « son » programme pour les Roms : « I2E » comprenez « Intégration par l’Ecole et l’Emploi ».
L’idée est de casser les 3 gros bidonvilles de la région lyonnaise qui comptent environ 400 habitants et d’en choisir 150 sur lesquels on va tenter une expérience « d’intégration » en signant un contrat sur 3 ans. Pour cela le préfet a besoin d’un terrain. Il choisit celui de Saint-Genis-les-Ollières.

Des travaux effectués en violation du code de l’urbanisme

Le maire ainsi qu’une bonne partie de ses administrés ne l’entendant pas de cette oreille commencent par protester. Se croyant dans un état de droit, le maire engage même plusieurs référés devant le tribunal administratif afin de faire annuler les travaux d’aménagement du site. Mais lorsque le Directeur Général des Services de la mairie vient sur le site notifier aux entreprises la décision de la mairie de saisir le tribunal administratif qui implique obligatoirement une suspension des travaux, il est interpellé par les gendarmes pour… violation de domicile.
Ni une ni deux, le lendemain, toute la presse aux ordres titre sur la tentative du maire de « stopper illégalement les travaux ». L’explication donnée par la préfecture aux journalistes est que le terrain appartenant à l’état, le maire n’y aurait aucun pouvoir. En gros, on est dans un état de non-droit où la loi s’applique partout sauf sur les propriétés de l’état. Vous comprenez ? Sauf que cette explication est fausse et mensongère.
L’article L600-3 du code de l’urbanisme prévoit très clairement qu’une suspension des travaux peut être obtenue dès qu’une requête en annulation d’un permis de construire est déposée et ce, bien évidemment, quel que soit le propriétaire.
Il paraît que lors de l’audience, le juge ne s’est d’ailleurs pas privé de le faire remarquer au représentant de la préfecture qui l’a regardé avec dédain en mode : « si tu savais où je me le mets ton article L 600-3 étant donné que toi et moi on sait très bien que tu vas rejeter leur requête. »
Bon, attention, si jamais vous vous prenez un référé contre un permis de construire par la mairie de votre domicile, ne vous amusez pas à jeter le fonctionnaire municipal à coups de pieds dans le c… et à continuer les travaux. Cette magouille illégale n’est valable que si vous êtes préfet. On me suggère que ça peut aussi marcher si vous êtes élu socialiste. Je ne sais pas. Il faut voir.

Une classe ethnique hors la loi

Le projet « I2E » prévoit donc une insertion par l’école. Mais quelle école ? L’école de la République ? Vous rigolez ? Ce sont des Roms voyons, pas des citoyens comme les autres. Pas plus qu’ils ne sont égaux aux autres citoyens devant la loi, les enfants Roms de Lyon ne sont égaux devant les autres enfants pour leur droit à l’éducation. Et puis, à Saint-Genis, le préfet et ses amis socialistes font du business, pas de l'intégration. Faut pas rêver.
Les enfants seront donc « scolarisés » dans une classe spéciale, bien à l’écart des écoles du secteur et uniquement réservée aux Roms, comme au bon vieux temps de l’apartheid dont certains socialistes semblent nostalgiques.
Il faut dire que la préfecture du Rhône est championne en matière de classe ethnique. En 2013, déjà, elle avait ouvert une classe réservée aux enfants Roms d’un bidonville, dans le même bâtiment que celui de … la police… Tu parles d’une intégration. (2)
Le défenseur des droits avait exigé et obtenu la fermeture de la classe ethnique en soulignant son caractère discriminatoire. Tu m’étonnes.
La loi est pourtant très claire. Tous les enfants présents sur le territoire français doivent être scolarisés. Deux circulaires du 2 octobre 2012 viennent même préciser les modalités de scolarisation des enfants étrangers et bien évidemment, à aucun moment il n’est question d’ouvrir des classes transitoires réservées à des enfants en fonction de leur origine ethnique.


Un contrat avec des personnes en situation irrégulière

C’est la cerise sur le gâteau. La moitié des familles arrivées le 23 décembre à Saint-Genis-les-Ollières sont en situation irrégulière et sous le coup d’une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français).
En octobre, le préfet distribue des OQTF à tour de bras dans les bidonvilles. En novembre, une famille est même raflée, conduite au centre de rétention et expulsée immédiatement. (Elle reviendra quelques jours plus tard). Toutes les autres tremblent en attendant que la main de fer du préfet s’abatte sur eux. Toutes ? Et bien non. Pas les heureux élus apparemment. La France est un pays magnifique avec une justice à deux vitesses et à Lyon, le préfet tout puissant fait ce qu’il veut et peut même décider d’intégrer dans son programme les Roms qu’il vient pourtant de déclarer en situation irrégulière.
Dans les OQTF que nous avons pu consulter, le préfet précise pourtant : « considérant qu’il apparaît clairement que monsieur C. vit dans des conditions d’existence particulièrement précaires, qu’il n’a pas d’emploi déclaré, ne dispose pas de moyens de subsistances ou de ressources suffisantes… Considérant que cette décision ne porte pas une atteinte disproportionnée au droit au respect de sa vie privée et familiale dès lors qu’il ne justifie pas d’une intégration économique et sociale notable… Monsieur C. ne dispose plus d’aucun droit au séjour… Monsieur C. a obligation de quitter le territoire dans un délai de 30 jours »
En octobre, monsieur C. est donc un méchant Rom qui vit de mendicité, qui refuse de s’intégrer, qui n’a rien à faire en France et à qui le préfet ordonne de retourner en Roumanie. Et en décembre, monsieur C. est un gentil Rom à qui le préfet va payer le gite, le couvert, donner 4 € par jour et signer un contrat d’assistanat sur 3 ans. Elle est pas belle la vie ?

Alors grosse bévue de la préfecture ? Non. Il s’agit tout simplement d’une preuve de plus de la totale incompétence de l’état socialiste qui dans ce domaine comme dans d’autres fait absolument n’importe quoi.

Mais cette incompétence pourrait bien avoir des conséquences pour certains. Et oui, en France socialiste on n’aime pas les bénévoles qui viennent en aide aux étrangers en situation irrégulière. Ca s’appelle le « délit de solidarité » et ça vient d’être remis au goût du jour par le gouvernement avec la condamnation d’une retraité de 72 ans coupable d’avoir simplement accompagné à la gare deux Erythréens en situation irrégulière.
L’article L622-1 du CESEDA (Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et des Demandeurs d’Asile) stipule en effet que « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d'un étranger en France sera punie d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30 000 Euros ». (3)
Sur ordre du gouvernement, les juges sont redevenus impitoyables quand il s’agit de citoyens normaux. Que vont-ils dire quand il s’agit d’un préfet ? On est impatient de le savoir.


Cette histoire des Roms de Saint-Genis qui ne fait que commencer est emblématique à plusieurs niveaux.

Elle rappelle que nous ne vivons plus dans une démocratie où la loi est la même pour tous, mais dans un état de non-droit où des préfets tout puissants peuvent impunément violer la loi sans jamais être inquiétés.
Elle démontre l’hypocrisie insupportable d’une justice socialiste aux ordres qui d’un côté a la main très lourde sur les citoyens lambda et de l’autre autorise les puissants à violer impunément la loi.

Tout ceci devient de plus en plus insupportable. On a compris la stratégie électoraliste du parti socialiste qui consiste à faire monter le Front National le plus possible dans l’espoir de se retrouver au second tour face à lui.

Mais que les préfets, représentants de l’état républicain se transforment en vulgaires militants socialistes et se prêtent à ces petites magouilles politiciennes en violant les lois qu’ils sont censés faire respecter en dit long sur l’état de décomposition de notre pays.

Quand tout cela va exploser, il ne faudra pas s’étonner.




mercredi 16 décembre 2015

Marine relaxée, Valls démasqué

 
©Reuters


Le tribunal correctionnel de Lyon vient de relaxer Marine Le Pen dans l’affaire des prières de rue. Ce faisant, il nous confirme que Manuel Valls est un incorrigible menteur.

En 2010, Marine Le Pen déclarait à propos des prières de rue : «Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’Occupation, on pourrait en parler pour le coup. Parce que ça, c’est une occupation du territoire. … Certes, il n’y a pas de blindés, pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même.»

Ni une ni deux, des associations lui tombaient dessus et portaient plainte pour incitation à la haine raciale. On remarquera au passage la réactivité de la justice française qui se prononce seulement cinq ans après les faits.

Le jugement est mis en délibéré, histoire de ne pas troubler la campagne électorale des uns et des autres. Marine Le Pen risquait un an de prison et 45 000 € d’amende. Alors forcément, avant les régionales, une éventuelle condamnation aurait fait désordre et aurait pu être interprétée comme une forme de censure politique. Quelle horreur ! Pas de ça chez nous.

Finalement, le tribunal correctionnel a choisi la relaxe, conformément aux réquisitions du procureur, le représentant du gouvernement socialiste.

Par cette décision la justice française vient en réalité nous dire que toute la campagne des régionales et celle de Manuel Valls en particulier n’était qu’une monumentale opération de manipulation des électeurs.

Et oui. Pendant toute la campagne, Valls et les socialistes nous ont expliqué que le Front National est un parti raciste et antisémite qui prône la haine des musulmans et veut dresser les citoyens les uns contre les autres. Rappelez-vous des déclarations de Valls pendant la campagne : « C’est une arnaque, le Front National », « Un parti antisémite, raciste, qui n’aime pas la République », « l'extrême droite qui prône la division qui peut conduire à la guerre civile. » 

Et non. Nous disent les juges. Marine Le Pen ne tient pas des propos pénalement condamnable et n’incite pas à la haine raciale. Son discours s’inscrit dans le cadre du débat politique et de la liberté d’expression … Et oui, puisqu'il parait que nous sommes tous Charlie, Marine aussi est Charlie…

Alors de deux choses l’une.

Soit Manuel Valls et les socialistes nous ont menti pendant deux semaines et particulièrement entre les deux tours parce que le Front National n’est pas, au moins au sens juridique du terme, un parti raciste et antisémite et sa dirigeante n’est pas pénalement condamnable.

Soit les juges, comme le procureur qui avait demandé la relaxe, sont aux ordres du gouvernement socialiste et il ne faut surtout pas condamner Marine Le Pen parce qu’elle doit rester sur le devant de la scène politique afin qu’on puisse s’en servir comme d'un épouvantail pour faire peur aux moutons, pardon aux électeurs.

L’une n’excluant d’ailleurs pas l’autre.

Dans tous les cas, ce jugement de relaxe de Marine Le Pen est une démonstration supplémentaire que ce gouvernement, Valls et les socialistes nous mentent à longueur de temps et plus encore au moment des élections.

Et Monsieur Valls n’est pas seulement un menteur, il est en plus un usurpateur qui ne connaît même pas les lois. Faut-il lui rappeler que le racisme et l’antisémitisme sont des délit, merde, quand même !

La France est un pays formidable où le premier ministre accuse des responsables politiques de commettre des délits, mais ne porte pas plainte contre eux. La France est un pays  formidable où le premier ministre affirme qu’un parti a pour unique objectif de nous plonger dans la guerre civile mais il refuse de l’interdire. Vous y comprenez quelque chose ? Moi non plus.

Ou plutôt si.

Les socialistes ont fait du racisme et de l’antisémitisme un fond de commerce électoral dont ils se servent quand ça les arrange. Avec un parti socialiste moribond qui représente moins de 17% des inscrits, Manuel Valls n’a qu’une seule solution: espérer se retrouver face au FN au second tour et attendre que la droite lui renvoie l’ascenseur des régionales.

Sans Le Pen, Valls n’est rien. Sans le Front National, le Parti Socialiste n’existe plus.

Ca y est, vous avez compris ?

mercredi 9 décembre 2015

Le Front National, le Parti Socialiste et la Morale




D’après tous les dirigeants socialistes, grands donneurs de leçons devant l’Eternel, le vote Front National serait un vote un vote immoral, un vote contre la République, un vote contre la France.

Ce serait immoral de voter Front National ? Ah bon.

Messieurs les socialistes, c’est vrai qu’en ce qui concerne la morale, vous et vos dirigeants êtes des modèles du genre.

Vous trouvez ça moral que Cahuzac, ministre chargé de la lutte contre la fraude fiscale, ouvre des comptes en Suisse pour échapper au fisc ?

Vous trouvez ça moral que Valls, premier ministre, utilise un Falcon payé par l’état pour assister à un match de foot à Berlin avec ses enfants ? (1)

Vous trouvez ça moral que Hollande, Président de votre République exemplaire, se balade à scooter en pleine nuit, dissimulé sous un casque, pour aller tromper sa compagne avec une maîtresse ? (2)

Vous trouvez ça moral qu’un Président, une fois élu, fasse exactement le contraire de tout ce qu’il avait promis quand il était candidat et qu’il puisse compter sur l’appui indéfectible de députés qui, eux aussi, ont passé leur temps à mentir à leurs électeurs ?

Vous trouvez ça moral de mettre sous surveillance l’ensemble des Français avec une loi sur le renseignement qui n’a pas empêché des terroristes revenus de Syrie de perpétrer les attentats les plus meurtriers que nous avons connu en France ? (3)

Vous trouvez ça moral d’augmenter les impôts de manière continue pendant 3 ans, y compris sur les catégories les plus modestes comme les retraités ?

Vous trouvez ça moral de soutenir un Président qui nous avait promis d’inverser la courbe du chômage alors que la situation de l’emploi se dégrade sans cesse depuis son élection avec aujourd’hui plus de 6 millions de chômeurs ?

Vous trouvez ça moral de vous accrocher au pouvoir en refusant toute remise en cause de votre politique alors que vous représentez aujourd’hui 23% des inscrits, c’est-à-dire 11% des Français ?
Le plus impopulaire des dictateurs de la planète est plus populaire que votre Grand Parti de la Morale.

Alors vous savez où vous pouvez vous la mettre votre morale socialiste ?



(3) http://philippealain.blogspot.fr/2015/03/la-dictature-cest-maintenant.html

vendredi 4 décembre 2015

A Lyon, la liberté d’expression nuit gravement à la consommation

Ils ne savent décidément plus quoi inventer pour nous priver de nos libertés.

Cette fois, c'est le préfet du Rhône qui décide d’interdire toutes les manifestations des 5 et 6 décembre 2015 à Lyon en avançant un motif absolument ahurissant pour le représentant des valeurs d’un pays qui s’autoproclame patrie des droits de l’homme.

Selon lui, la liberté d’expression est aujourd'hui incompatible avec la société de consommation et il faut donc interdire toutes les manifestations. Il justifie les interdictions en précisant : « Ce samedi et ce dimanche correspondent au premier week-end d’une intense activité commerciale à l’occasion des fêtes de fin d’année et une foule très nombreuse est attendue dans les rues commerçantes de Lyon, notamment dans le centre-ville ».

Le préfet du Rhône  va donc mobiliser toutes les forces de l’ordre pour que les magasins puissent développer le plus possible leur chiffre d’affaires… « Cette forte mobilisation ne saurait être détournée pour la gestion de manifestations sur la voie publique » ajoute-t-il, expliquant à tous ceux qui ne l’auraient pas compris quelles sont les priorités d’un gouvernement socialiste.

Un préfet qui se transforme en VRP de la Chambre de Commerce et qui mobilise tous les moyens de l’état pour relancer la consommation moribonde à défaut de combattre le chômage ou la baisse du pouvoir d’achat, voilà assurément un grand serviteur de l’état comme on les aime au parti socialiste.

On vous prive de vos libertés fondamentales dont celle de manifester uniquement pour vous permettre de faire vos courses de Noël sous haute surveillance policière. On vous rendra votre liberté une fois que vous aurez bien dépensé votre argent.

Voici la société idéale du parti socialiste : achetez, dépensez, consommez et fermez-là. Une société aseptisée, sans contestation où la défense des valeurs démocratiques passe obligatoirement par la consommation. Ils nous ont déjà fait le coup après les attentats. Il faut relever la tête, retourner aux terrasses des cafés, retourner aux spectacles et maintenant, retourner dans les magasin. Comme si la seule liberté qui était menacée était celle de consommer.

Après ça, ils vont nous dire qu’il faut absolument voter dimanche parce que nos valeurs sont en danger. Mais lesquelles ? La sacro-sainte société de consommation ? Non, pas de danger, celle-là est consacrée maintenant par l’état d’urgence. Les autres, les vraies, on vient de nous les voler avec ce même état d’urgence.

Bien évidemment, cette attitude du préfet n’est qu’une vaste hypocrisie dans la plus pure tradition socialiste. Si jamais une manifestation était maintenue, on peut être certain que tous les policiers destinés à protéger les gentils citoyens qui font leurs achats de Noël, seraient rapidement réaffectés à l’interpellation des vilains citoyens qui préfèrent la liberté d’expression à la liberté de consommation.

Valls, Cazeneuve et Cambadélis nous promettent Vichy si Marine Le Pen arrive au pouvoir. Le problème c’est que le Maréchal est déjà revenu et que le parti socialiste vient de lui redonner les pleins pouvoirs en votant l’état d’urgence.

samedi 21 novembre 2015

Attentats: l’incompétence criminelle de ceux qui nous gouvernent


Photo: AFP

Vendredi 13 novembre 2015, une série d’attentats à Paris, revendiquée pas l’état islamiste, a fait 130 morts et plus de 350 blessés. Il s’agit de la pire attaque terroriste jamais menée en France. Au moins 7 kamikazes se sont fait sauter ou ont tiré sur la foule, notamment au Bataclan. Contrairement aux attentats de janvier, les terroristes ont visé cette fois des lieux très fréquentés afin de faire le maximum de victimes : cafés, restaurants, salle de concert et stade de France.

C’est le deuxième épisode terroriste d’envergure qui frappe la France en 10 mois. Après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher, ce même gouvernement nous avait expliqué la nécessité de prendre des mesures exceptionnelles pour que cela ne se reproduise plus.
La loi sur le renseignement, calquée sur le Patriot Act des Américains après le 11 septembre, autorisait la surveillance de masse des communications téléphoniques et d’Internet. (1)
A l’époque Valls nous l’assurait : «Cette surveillance renforcée concernera les communications des seuls terroristes».
Le site « stop-djihadisme.gouv.fr » était présenté comme l’arme absolue contre le terrorisme. En dénonçant tout ceux qui portent une barbe un peu trop longue ou encore ceux qui ont changé leur régime alimentaire, on devait identifier et neutraliser les terroristes potentiels. (2)
Quelques mois plus tard, on nous explique que ce sont des bombardements aériens contre Daesh en Syrie qui vont nous sauver. C’est de la « légitime défense » qui permettra d’empêcher les djihadistes de venir commettre des attentats en France.

Aujourd'hui, on ne peut que constater l’inefficacité absolue de toutes ces gesticulations politiques. Tout à recommencé. En bien pire.

Le profil des terroristes, leur parcours et la façon dont ils ont pu, tranquillement, préparer les attentats est un scandale absolu qui aurait dû entraîner la démission de n’importe quel responsable digne de ce nom.

La plupart des terroristes sont connus des services de police, ils sont fichés, certains ont même été condamnés. Malgré cela, ils ont pu, en toute impunité, faire des aller-retour entre la France et la Syrie avant de venir commettre les attentats.

Samy Amimour est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en octobre 2012 pour « association de malfaiteurs terroristes » alors qu’il tente de partir au Yemen. Son passeport lui est retiré. Cela ne l’empêche pas de partir en Syrie un an plus tard et de revenir en France incognito pour participer aux attentats malgré un mandat d’arrêt international contre lui.
Omar Ismail Mostefai fait l’objet d’une fiche « S » en 2010. Fin 2014, il est signalé par les autorités turques pour son appartenance à la mouvance djihadiste. D’après des officiels turcs, la mise en garde d’Ankara a été ignorée. Il part en Syrie et revient tranquillement commettre les attentats
Et que dire d’Abdelhamid Abaaoud, présenté comme le cerveau présumé des attentats du 13 novembre, recherché par toutes les polices du monde, qui se cachait à Saint-Denis, à quelques centaines de mètres du stade de France. Il est arrivé tranquillement en passant par la Grèce.
Aboudaoud en France, c’est un peu comme si on avait dit aux Américains que Ben Laden était présent sur le sol américain après le 11 septembre et se baladait tranquillement à New York plusieurs jours après les attentats. Impensable ! Impossible ! Ah non, impossible n’est pas français.

Alors, relayés par les médias, nos dirigeants nous assurent que les attentats sont une fatalité et qu’ils n’y peuvent rien. Manuel Valls, premier ministre, multiplie les interventions télévisées pour nous dire qu’il y aura d’autres attentats. Valls ne sait pas si le chômage va diminuer un jour, Valls ne sait pas si la dette va diminuer un jour, mais s’il y a une chose dont Valls est bien certain, c’est que les attentats, eux, vont augmenter.

La preuve est faite que le gouvernement est incapable d’assurer sa première mission qui consiste à protéger la vie de ses propres citoyens.

Les socialistes sont des orfèvres en matière de manipulation. A peine les premiers morts sont-ils tombés qu’ils nous rabâchent les oreilles avec le même discours qu’en janvier. « C’est notre modèle de société qui est attaqué, c’est notre liberté qu’ils veulent tuer, nous ne céderons pas… »

C’est un mensonge pur et simple de soutenir que les terroristes ont attaqué nos valeurs.

La Suisse a les mêmes valeurs que nous, les Suisses ont le même mode de vie. Pourtant, ils ne sont pas pris pour cible par les terroristes. Pourquoi ? Tout simplement parce que Daesh aussi fait de la politique. Ils ne s’attaquent qu’à ceux qui les attaquent.
Ce n’est pas la France qui a été visée le 13 novembre, c’est la politique étrangère militariste de gouvernements successifs qui nous plongent dans des guerres sans nous demander notre avis. Il ne s’est pas passé 2 mois entre les premières frappes aériennes françaises contre Daesh et la riposte des islamistes. Au Bataclan, les survivants ont rapporté les paroles des terroristes expliquant clairement leur geste: « c’est la faute à Hollande, il n’a pas à intervenir en Syrie ».

Libye, Mali, Syrie, la France n’a cessé ces dernières années d’intervenir à l’étranger pour « combattre le terrorisme ». Voilà le résultat aujourd’hui: 130 morts, 350 blessés.

De deux choses l’une, soit dans leur très grande naïveté, Hollande, Valls et ceux qui nous dirigent pensaient probablement que les terroristes allaient nous remercier de les bombarder en nous envoyant des fleurs.
Soit Hollande, Valls et ceux qui nous dirigent savaient très bien que Daesh nous enverrait des kamikazes pour se venger et alors ils joué avec nos propres vies et ils croient se dédouaner en nous disant qu’ils nous avaient prévenus.

Les terroristes du 13 novembre sont des lâches. Massacrer à bout portant des civils désarmés est à la portée de n’importe quel psychopathe cocaïné.
Ceux qui nous dirigent sont des lâches. Ils jouent avec la vie de leur concitoyens, confortablement assis derrière leurs bureaux et leurs domiciles ultra-protégés. Incapables d’empêcher des fous meurtriers de nous assassiner.

Ils refusent obstinément d’assumer la moindre responsabilité en évitant soigneusement de se demander si la raison de tous ces massacres n’est pas à chercher d'abord du côté de  leurs propres décisions politiques.

Cette lâcheté criminelle des hommes politiques est générale. Alors qu’ils nous expliquent que les terroristes en veulent à notre liberté, ils décident eux-mêmes de nous supprimer notre liberté en votant l’état d’urgence par 552 voix pour et 6 voix contre.

Les socialistes ont exactement le même objectif que les terroristes qu’ils prétendent combattre: ils veulent, eux aussi, tuer la démocratie afin de se maintenir au pouvoir. Seuls les moyens diffèrent. Daesh vient de leur donner un prétexte extraordinaire pour mettre en place leur stratégie 18 mois avant les présidentielles.
En janvier 2015, juste après les attentats, Manuel Valls l’avouait involontairement dans un discours : « Loin de moi l'idée de déposer, après ces événements, la moindre chape de plomb sur notre débat démocratique, et vous ne le permettrez pas, de toute façon. » (3)
En novembre 2015, avec l’instauration de l’état d’urgence, Hollande permet à Valls de mettre la chape de plomb sur notre pays. Ils ne l’enlèveront pas avant d’être réélus.

En attendant, nous allons continuer à payer de nos vies leur incompétence et leur lâcheté.





vendredi 2 octobre 2015

Syrie: la France bombarde des enfants

©AFP

Le 27 septembre 2015, Hollande et Fabius se sont fait plaisir en bombardant la Syrie. Depuis le temps qu’ils en rêvaient... Pendant 5 heures, 5 avions de chasse Rafale ont pilonné un camp d’entrainement de l’état islamique en Syrie. « Il s’agit d’une frappe délibérée sur un objectif reconnu préalablement. Nos renseignements recoupés avec ceux de la coalition ont clairement établi que ce camp est occupé et actif », précise le Ministère de la Défense.

Mais voilà. L’incompétence des socialistes et de Hollande dans tous les domaines : dette, chômage, fraude fiscale… s’étend aussi aux opérations militaires.

Selon une ONG syrienne, le raid contre le camp d’entrainement aurait fait 30 morts, parmi lesquels 12 enfants, soit pratiquement la moitié. (1)

Il faut quand même se rappeler que l’opération française a été précédée de nombreux survols de la Syrie pour repérer les cibles. Alors soit le bombardement de ce camp d’entrainement où se trouvaient de nombreux enfants est volontaire et c’est très grave, soit c’est la preuve de la totale improvisation des opérations françaises en Syrie et c’est tout aussi grave. Aujourd’hui la France bombarde des enfants, demain elle bombardera des civils ?

Et non content de massacrer des enfants, on viole en plus le droit international. Les frappes françaises sur un territoire souverain, reconnu par l’ONU sont effectuées sans aucune base juridique internationale. Voilà qu’Hollande en Syrie se prend pour Bush en Irak. 

Jean-Yves le Drian, ministre français de la Défense affirme avec fierté : « Nous avons frappé militairement un site extrêmement sensible pour Daech ». Tu m’étonnes. C’est sensible des enfants, surtout ceux qui sont enrôlés de force ou manipulés par des fous. 

On à l’air malin… Nous qui sommes en train de sermonner la Russie car elle frapperait, non pas les terroristes de l’état islamique, mais les terroristes d’Al Quaïda armés et financés par l’Amérique, la France et l’Arabie Saoudite. (1)

Vous ne saviez pas ? En Syrie, il y a les bons terroristes et les méchants terroristes. Les bons terroristes, ce sont les terroristes qui massacrent, pillent, assassinent tous ceux qui sont pour Bachar El Assad mais qui sont financés par les Américains et leurs valets.
Les méchants terroristes, ce sont les terroristes qui massacrent, pillent, assassinent tous ceux qui sont pour Bachar El Assad, mais qui menacent les Américains et leurs valets. 

Nous, la France, on frappe les méchants terroristes, enfin, leurs enfants surtout. Ils courent moins vite, c'est plus facile.
Les Russes, eux, frappent les terroristes, les « bons » et les « méchants ». Et ça, ça contrarie fortement Hollande qui est en train de devenir tout rouge de colère : « c’est Daech qu’il faut viser et pas les autres » répète-t-il à Poutine… Sinon quoi ? On ne vendra pas nos Mistral à la Russie ?

Hollande, ce nain politique qui se cache derrière un casque, à califourchon derrière son garde du corps, pour des parties de jambes en l’air avec sa maîtresse veut peser sur la scène internationale et donner des leçons de géostratégie à Poutine. La bonne blague.

A Moscou, on en rigole encore.

Pendant ce temps, en Syrie, on enterre les enfants tués par des bombes françaises.

(2) http://philippealain.blogspot.fr/2015/02/arevashima-fiasco-industriel-et.html

samedi 26 septembre 2015

Quand le Conseil d'Etat encourage l'immigration clandestine: NAGE ou DEGAGE

©AFP


Le Conseil d’Etat, plus haute juridiction administrative française a rendu le 9 juillet 2015 une ordonnance pour le moins surprenante contre des demandeurs d’asile syriens.

Le 2 mars 2015, trois réfugiés syriens sollicitent auprès du consulat de France à Beyrouth des visas afin de venir déposer une demande d’asile en France. Suite au refus du Consulat, ils saisissent le Tribunal Administratif de Nantes qui ordonne au ministre de l’intérieur de procéder au réexamen de leurs dossiers.

Bernard Cazeneuve, furieux qu’un tribunal l’oblige à tenir les promesses molles de Hollande d’accueillir quelques réfugiés syriens en France, fait appel au Conseil d’Etat en soutenant, tenez-vous bien que : « la condition d’urgence n’est pas remplie dès lors que les intéressés ne résident plus en Syrie, pays dans lequel ils s’estiment menacés, mais au Liban »

A défaut de lutter efficacement contre le chômage, la délinquance ou la fraude fiscale, les socialistes luttent efficacement contre la morosité ambiante en nous faisant bien rigoler.

Selon Cazeneuve, des Syriens qui sont bombardés quotidiennement, pourchassés par les fous de Daesh qui veulent les égorger et qui arrivent à s’enfuir au Liban ne sont plus menacés. Le Liban à beau être un pays de 4,4 millions d’habitants qui accueille déjà plus d’un million de réfugiés syriens, il ne faudrait pas qu’ils aient la mauvaise idée d’aller tous au Consulat pour demander un visa. Vous imaginez la suite ?

Le consulat de France à Beyrouth, ce sont des champions. Déjà en septembre, des chanteurs de la chorale gréco-orthodoxe de Damas qui devaient donner des concerts en France se sont vus refuser leurs visas pour le pays des droits de l’homme socialiste. Dossier « pas fiables », selon le con-sul.

En France, on veut bien des Syriens, mais le moins possible. (1) Alors rien de tel que le Conseil d’Etat pour leur envoyer un petit message.
Si jamais vous arrivez à échapper au bombardements occidentaux ou aux couteaux de l’état islamiste, vous courrez jusqu’à la Turquie. De là, vous payez des passeurs pour traverser la Méditerranée. Si vous ne périssez pas noyés, vous traversez la moitié de l’Europe en essayant d’éviter les barbelés et les gaz lacrymogènes. Et là seulement, peut-être que la France vous accueillera.
Et si jamais vous arrivez à Paris, histoire de vous apprendre ce qu’est l’hospitalité socialiste française, la police viendra vous dégager manu militari des campements où on vous laissera pourrir faute de places d’hébergement. (2)

Ne vous avisez pas de vous rendre dans un consulat français pour faire une demande de visa pour une demande d'asile, on vous le refusera. Le Conseil d’Etat a en effet tranché en faveur du consulat et décidé que le refus de visa ne constituait pas une atteinte au droit d’asile. En refusant un visa, la plus haute juridiction administrative française encourage donc les demandeurs d'asile Syriens à choisir l'immigration clandestine et les voies illégales. 
Il faut le faire, non ?

Vous pensiez quoi ? Que la France est une terre d’accueil ? Arrêtez de rêvez. La pleurnicherie des dirigeants français au sujet des réfugiés, c’est la dernière trouvaille des socialistes pour manipuler l’opinion publique. L’effet Charlie et ses manifestations organisées dans toute la France par le PS commençant à s’estomper. Il fallait bien trouver autre chose pour faire sortir les gogos dans la rue.

Pour ceux qui douteraient de l’imposture des socialistes sur ce sujet, Valls l’a répété : la France n’accueillera pas plus de 30 000 Syriens en 2 ans, soit autant que l’Allemagne en deux jours.

Le Conseil d’Etat, lui, a tranché. Syrien, tu nages ou tu dégages

  



lundi 14 septembre 2015

Saint-Ouen: des policiers expulsent violemment des enfants syriens


Un reportage d'I-Télé diffusé dimanche 13 septembre 2015 montre des policiers en pleine intervention contre des réfugiés syriens à Saint-Ouen.

On y voit notamment plusieurs policiers attraper des enfants et les tirer violemment pour les expulser d'une tente qui les abritait.

Le 7 septembre, lors de sa conférence de presse, François Hollande déclarait: "« le droit d’asile fait partie de l'histoire et de l'âme de la France." Il a oublié de préciser que les coups de matraque aussi.

Le 12 septembre, accompagné du ministre de l'intérieur, il se rendait dans un centre de réfugiés, faisant mine de s'intéresser au sort des migrants.

Le lendemain, la France, ce grand pays démocratique envoyait la police expulser violemment des enfants syriens qui dormaient à la rue, faute de place dans les hébergements d'urgence.

Hollande est non seulement un menteur (1), mais c'est aussi un imposteur qui surfe sur l'émotion d'une partie de la population. Pendant que les bonnes gens s'endorment tranquillement, bercées par les promesses du docteur François, mister Hollande envoie la police expulser des femmes et des enfants à qui il promettait quelques heures plus tôt un accueil digne en France.

Il faut néanmoins rendre hommage à Hollande, Cazeneuve et aux socialistes qui préparent admirablement l'intégration des réfugiés en les habituant dès leur arrivée aux promesses non tenues, aux mensonges, et aux violences de la police politique. (2)







samedi 12 septembre 2015

Réfugiés: l'imposture de Hollande et des socialistes français

En Hongrie, des migrants se rendent à pied à la frontière autrichienne
©LASZLO BALOGH/REUTERS


Depuis qu’Angela Merkel a donné l’ordre à l’Europe d’accueillir des réfugiés en montrant l’exemple, la France socialiste a subitement changé son discours sur les migrants.

Aujourd’hui, les principaux demandeurs d’asile en France sont albanais, kosovars, congolais. Mais selon Valls, le statut de demandeur d’asile « ne se découpe pas en tranches ». Il n’est donc pas question de privilégier certaines nationalités au détriment des autres. Mais ça, c’est la théorie. En pratique, il se trouve que le nombre de places en CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile) est d’environ 25 000 pour 65 000 demandes par an. Autrement dit, les deux tiers des demandeurs d’asile doivent se débrouiller pour trouver un hébergement. Des dizaines de milliers vivent donc à la rue en violation de la Convention de Genève qui oblige les états à leur offrir des conditions d’accueil dignes.
Le délai moyen de l’instruction d’une demande d’asile en France est de 20 mois et la rémunération offerte aux demandeurs d’asile en attendant que la France décide de leur sort est en moyenne de 340 € par mois, bien supérieure à la moyenne européenne qui est de 200 €.
Le taux moyen de reconnaissance du statut de réfugié en France est de 20%. Autrement dit, 80% sont déboutés du droit d’asile, chiffre, pour le coup, bien inférieur à la moyenne européenne.
Mais tenez vous bien, 90% des déboutés qui sont frappés d’une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) se maintiennent en France et ne sont pas éloignés du territoire.

En résumé, Hollande et les socialistes sont totalement incapables de gérer correctement les demandeurs d’asile. Comme la dette, comme le chômage et comme tout ce qu’ils touchent.

Avant, c’était donc la chasse à l’homme qui prévalait. Comme à Vintimille cet été où des milliers d’étrangers ont été débarqués des trains puis refoulés vers l’Italie. Avant, c’était la course poursuite comme à Calais où on laisse des milliers de migrants survivre comme des chiens, entassés dans la « jungle ». Avant, c’était les campements en plein Paris où vivaient des centaines de personnes dans des conditions d’hygiène et de sécurité insupportables.
Avant, on enfermait dans les centres de rétention des Syriens, des Erythréens, des Irakiens, avant de les renvoyer vers l’Italie parce que les socialistes n’en voulaient pas.
Avant, Hollande et Valls refusaient les quotas de réfugiés parce que cela « n’a jamais correspondu aux propositions françaises ».
Avant, la France n’avait pas suffisamment de places pour accueillir dignement les réfugiés.
Avant, tous les demandeurs d’asile étaient des méchants qu’il fallait maltraiter au nom de l’idéal républicain des socialistes français. Mais ça c’était avant.

Maintenant, la machine électorale socialiste s’est mise en branle.

Maintenant on nous explique la main sur le cœur que la France, terre d’accueil, va accueillir 26 000 réfugiés en 2 ans, c’est-à-dire, autant que l’Allemagne en 2 jours. Non mais de qui se foutent-ils ? En ce moment, ce sont environ 3 000 personnes qui arrivent chaque jour sur les côtes de l’Union Européenne. C’est dire si les socialistes français sont généreux.
Maintenant on nous explique qu’on va miraculeusement trouver des places d’hébergement d’urgence alors que des milliers de demandeurs d’asile vivent à la rue.
Maintenant, le parti socialiste se jette sur toutes les manifestations de solidarité comme un vautour affamé sur un charogne. Seuls les aveugles ne voient pas que c’est par pure stratégie politique et non par conviction.

Au niveau national, élections obligent, la parti socialiste pense avoir trouvé le sujet clivant qui va lui permettre de faire croire aux quelques rares sympathisants qui lui restent que c’est un parti avec des valeurs au premier rang desquelles la solidarité.
Au niveau international, tout cet étalage de faux bons sentiments doit permettre de justifier l’entrée en guerre de la France contre la Syrie afin de détruire définitivement Bachar-El-Assad après que Hollande ait appelé au meurtre de ce dernier (1).

La France qui finance donc généreusement Al Quaïda grâce aux rançons qu’elle paye pour la libération de ses otages et qui soutient militairement les terroristes qui luttent contre Bachar-El-Assad (2) annonce maintenant qu’elle va bombarder la Syrie.

On voudrait vider la Syrie de ses habitants qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Tiens, justement. Symbole de l’hypocrisie française sur le sujet, la consule honoraire de Bodrum en Turquie, vendait des canots de sauvetage aux réfugiés afin qu’ils puissent tenter la traversée jusqu’en Grèce au péril de leur vie. Qu’est ce que vous voulez ? Business is business.

Entre deux malaises, Fabius qui ne dormait pas à décider de suspendre notre consule. En revanche, on n’a trouvé personne pour suspendre Fabius qui va pouvoir continuer à roupiller pendant les cérémonies officielles donnant ainsi une image tout-à-fait fidèle de ce qu’est devenue la France sur la scène diplomatique internationale.

Un pantin inconscient manipulé par les américains qui détruisent un par un tous les pays qu’ils n’arrivent pas à contrôler.


jeudi 3 septembre 2015

Aylan Kurdi, 3 ans, assassiné





Aylan, 3 ans, assassiné par des dirigeants occidentaux et l'indifférence de leur opinion publique.

Une mention spéciale à la France, pays auto-proclamé des droits de l'homme qui appelle au meurtre de Bachar El Assad (1) et soutient militairement et financièrement les groupes terroristes qui mettent la Syrie à feu et à sang (2).


dimanche 30 août 2015

Université d'été du parti socialiste: la gifle !

 ©PATRICK KOVARIC

Samedi 29 août, tout ce que le parti socialiste compte de godillots se presse au diner de clôture des universités d’été. Environ 2 000 militants triés sur le volet sont présents parmi lesquels quelques membres du « MJS », le mouvement des jeunes socialistes. Oui, je sais les pauvres, quelle idée de s’appeler « mouvement des jeunes socialistes ». Un peu comme si on lançait un « mouvement des jeunes cancéreux », histoire de dire, on a le cancer nous aussi, mais on est jeunes, hein, c’est moins grave…

Bref. Dès le début du repas, quelques centaines de jeunes socialistes entament un hymne à Macron en criant « Macron démission ». Puis, histoire d’en rajouter une couche, ils scandent « Taubira, présidente ».
Manuel Valls, futur candidat pas encore déclaré à la présidentielle, prend cela comme il se doit, c’est-à-à-dire une violente attaque personnelle et se dirige à pas de toréador vers les jeunes effrontés. Il est accompagné de Cambadélis, premier secrétaire gominé qui doit veiller à ce que cette grande opération de communication que sont les universités d’été du PS ne dérape pas plus après la sortie de Macron sur les 35 heures.

Ni une ni deux, voilà nos deux grands dirigeants socialistes qui se précipitent à la table des petits jeunes inconscients. Un militant raconte : « Le service d’ordre de Valls l’a repoussé brusquement, il y a eu une sorte de bousculade puis Cambadélis a attrapé le jeune pour l’asseoir sur une chaise. J’ai ensuite vu Valls s’asseoir à côté de ce militant et lui tapoter la joue... »

Il est gentil notre premier ministre. Quand quelqu’un l’humilie en public, il va vers lui et lui « tapote » la joue. J’en connais qui ont pris des bonnes doses de gaz lacrymogène pour moins que ça. D’accord, ça aurait vraiment gâché toute la soirée, mais je suis sur que ce n’est pas l’envie qui leur manquait.

Cambadélis, lui, selon RTL, aurait carrément pété un boulon et pris le jeune par le col, provoquant ainsi l’intervention du service d’ordre obligé de le ceinturer pour le calmer (1). C’est du propre…
Et oui, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était. Avant on pouvait laver son linge sale en famille. Aujourd’hui, tout se sait.

La paire, non, pas la paire de gifles, la paire Valls-Cambadélis a quitté précipitamment le diner. Ce qui n’a pas empêché Cambadélis de twitter avec la mauvaise foi de tout bon socialiste qui se respecte : « 2 000 militants au banquet républicain dans une ambiance de feu. Tous ensemble socialistes! »

Heureusement, il y a encore le discours de clôture de Valls. On peut être certains qu’ils vont filtrer l’entrée de la salle comme un Thalys Amsterdam-Paris et que des flics en civils vont être présents dans toute la salle pour sauter sur le premier contestataire venu.

Valls va expliquer que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Que grâce à la loi sur le renseignement (2) tous les opposants, oups, tous les terroristes vont être muselés. Avec une larme de crocodile à l’œil, il va promettre que la France, pays des droits de l’homme va généreusement accueillir 50 migrants syriens de plus sur les 4 millions de réfugiés qui ont fuit leur pays (3). Et puis, dans un moment dont lui seul à le secret, Valls va se mettre à vociférer, il va devenir tout rouge avec les yeux qui sortent des orbites et il va brandir la menace du Front National. Il racontera l’histoire de ce petit enfant qui s’est fait manger tout cru par Marine un soir d’hiver et il conclura par la nécessité de rester unis.

Il y a décidément des claques qui se perdent, et pas seulement chez les jeunes socialistes.



samedi 29 août 2015

L’appel au meurtre de Hollande


François Hollande n’est pas seulement un coureur de jupons invertébré (et invétéré aussi) qui tire sur tout ce qui bouge, il est aussi accessoirement président de la république française. Vous me direz, il ne serait pas l’un s’il n’était pas l’autre. Probablement, mais ce n’est pas là la question. A ce titre, il devrait, au moins dans ses interventions publiques, se montrer respectueux des règles élémentaires du droit international. Mais non. 

Le 25 août 2015, à l’occasion de la conférence annuelle des ambassadeurs, notre président, adepte du port du casque et de la position a califourchon derrière un garde du corps qu’on tient fermement par la taille (1), a tout simplement appelé à «la neutralisation» de Bachar El-Assad, le chef d’état syrien.

Après s’être pris pour un Don Juan, voilà donc que Dominique Hollande se prend pour un barbouze, ou du moins parle comme s’il en était un.
Faute de savoir combattre le chômage ou le déficit, il veut donc supprimer le chef d’état syrien. Ca ne vous rappelle rien ?
Il y a exactement 2 ans, lui et Fabius nous avaient déjà fait le coup en prônant une intervention militaire contre la Syrie. Tout était prêt. Nos Rafale dont personne ne voulait, nos Mistral perdants et nos vaillants militaires qui font du si bon travail en Afrique notamment en Centrafrique.
Mais voilà, Hollande et Fabius, dans un sursaut extrêmement rare d’intelligence se sont aperçus que ça allait être un peu compliqué. Alors ils sont allés supplier les Anglais de venir les aider.
Ne vous leurrez pas. Les motivations de Hollande pour des interventions militaires extérieures ne constituent pas une prise de conscience subite du malheur des peuples étrangers auquel il faudrait remédier toutes affaires cessantes. Il s’agit uniquement de détourner l’attention des électeurs et de nous faire le coup de la nation en guerre, l’unité indispensable, le vote utile, bref, une escroquerie à la 11 janvier. Vous comprenez ?

Donc Hollande vient supplier Cameron de l’aider. Celui-ci répond, ok, pourquoi pas, mais en Angleterre, on a beau être une monarchie comme la France, un homme seul ne peut pas décider et je dois consulter mon parlement. Sauf que de l’autre côté de la Manche, les parlementaires ne sont pas des godillots socialistes comme chez nous. Ils ont tout simplement refusé d’autoriser leur premier ministre à lancer une action militaire en Syrie.
Qu’à cela ne tienne, Hollande est allé faire la danse du ventre devant Obama dans l’espoir de pouvoir se cacher derrière la force de frappe américaine pour aller « punir » Bachar El-Assad. Rebelote. Obama répond qu’il va demander l’avis du congrès et là encore, échec cuisant pour Hollande le va-t-en-guerre. Sachant qu’il obtiendra une réponse négative, Obama préfère temporiser.

Deux ans plus tard, Hollande récidive. Il ne parle plus de « punir » Bachar El-Assad, mais de « l’éliminer ».

Entre temps, la France a livré des armes aux terroristes, pardon aux opposant à Bachar El-Assad. Fabius a même publiquement soutenu la branche d’Al Quaïda en Syrie en déclarant : « sur le terrain, ils font du bon boulot, Al Nosra ». (2)
Bon vous me direz, il commence à vieillir Fabius et il ne tient plus trop la route. Lors des rencontres internationales, quand il ne s’endort pas, il s’effondre (3). Mais merde, quand même, il représente la France…
On a l’air de quoi, nous, les défenseurs de Charlie et de la liberté d’expression, les porte-drapeaux de la lutte anti-terroriste dans le monde, quand notre ministre des affaires étrangères chante les louanges d’un groupe terroriste ?
Bon c’est vrai que la France ne fait pas que chanter, elle paye aussi. Elle est même le principal pourvoyeur de fonds d’Al Quaïda grâce aux rançons qu’elle paye régulièrement pour la libération de ses otages. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Obama lui même (4).

C’est bien d’être chef d’état en France. On se tape des femmes politiques, des journalistes, des actrices, on fait des balades en scooter dans Paris derrière son garde du corps, on fait exactement le contraire de tout ce qu’on a promis pour être élu et 5 ans après, on jure que tout reste à faire et on se représente. En prime, on peut lancer des appels au meurtre sans que personne n’y trouve rien à redire.

Mais le pire de tout cela, c’est que si encore Hollande était aussi virulent pour défendre les Syriens qui fuient la guerre que pour appeler au meurtre de leur dirigeant, on pourrait lui trouver des circonstances atténuantes. Même pas.

Il y a plus de 4 millions de réfugiés Syriens dans le monde. Le Liban qui compte 4 millions d’habitants en accueille 1,2 millions. L’Allemagne en a déjà accueilli 70 000 et elle vient d’annoncer qu’elle suspendait l’expulsion de tous les réfugiés syriens vers leur pays d’arrivée comme le prévoient pourtant les accords de Dublin.

Nous, en France, depuis le début du conflit, on a accordé l’asile à 5 000 syriens… Oui, 5 000. A titre exceptionnel, Hollande a déclaré que la France allait accueillir 500 réfugiés syriens supplémentaires par an. Faut pas déconner, merde, quand même, on est le pays des droits de l’homme, non ?

Alors d’un côté François Hollande appelle au meurtre de Bachar El-Assad, mais de l’autre, il laisse mourir des milliers de Syriens, noyés dans la méditerranée ou asphyxiés dans des camions. Et vous savez quoi ? Ca n’a pas l’air de le perturber plus que ça.

François Hollande est une honte pour la France. Il est une honte, pas seulement en raison de son comportement d’adolescent attardé avec ses maîtresses successives. Il est aussi une honte en raison de ses propos irresponsables appelant au meurtre d’un autre chef d’état. Il est enfin une honte en raison de sa décision de laisser mourir aux portes de notre pays des milliers de réfugiés qui fuient une guerre qu’il a largement contribué à propager grâce à son soutien financier et militaire aux groupes terroristes syriens.





(4) http://philippealain.blogspot.fr/2015/02/arevashima-fiasco-industriel-et.html

dimanche 16 août 2015

Hollande et le porc dangereux pour Face de bouc

Ce matin, Facebook a nettoyé la page de Philippe Alain. Sans doute ont-ils trouvé qu'elle sentait un peu trop le cochon. A moins que ce ne soit déjà l'effet de la loi sur le renseignement et la censure qui s'installe. Pour la première fois depuis que le compte existe, nous voici donc l'objet d'une censure.


L'explication officielle de Face de Bouc, qui ne sent pas très bon, est la suivante:

Avertissement : ce message contient des éléments bloqués
Votre message ne peut être envoyé car d’autres personnes ont signalé son contenu comme abusif.

Devant notre insistance, un autre message apparait:

Le contenu que vous essayez de partager contient un lien que nos systèmes de sécurité ont détecté comme dangereux :

http://philippealain.blogspot.com/2015/08/hollande-ou-le-prix-politique-du-porc.html

Veuillez retirer ce lien pour continuer.


Bon, ça rigole plus là, bientôt quelqu’un va nous signaler comme un djihadiste en voie de radicalisation.

L'objet du délit, vous le trouverez ici:

Hollande ou le prix politique du porc


Charlie peut impunément caricaturer Taubira en singe, mais un blog ne peut pas publier un cochon avec des lunettes et un menton humain. Allez comprendre.

Heureusement qu'en janvier 2015, les socialistes nous ont fait descendre dans la rue pour défendre la liberté d'expression. La quoi ?

 

Putain, encore 1 an et 9 mois. Avec la dictature qui s'installe, ça va vraiment être très long.

MAJ: Après protestation auprès de Face de Bouc, le lien et l'illustration du petit cochon ont été rétablis.
Comme quoi, Facebook censure sur simple signalement et regarde ensuite si c'est justifié. L'autre leçon de l'histoire, c' est que Facebook est moins stupide qu'un socialiste moyen choqué de voir un cochon à lunettes ayant une vague ressemblance avec Hollande.
On espère que la ligue de défense des cochons ne va pas porter plainte pour atteinte à l'image d'un des leurs.

samedi 15 août 2015

Hollande ou le prix politique du porc



Hollande coûte cher à la France, très cher. Outre ses maîtresses successives qu’il nous faut financer (1), les conséquences de sa soumission aux Etats-Unis sont catastrophiques pour notre pays. Entre les Mistral et l’embargo russe, ce sont plusieurs milliards d’euros de dépenses supplémentaires que celui qui était surnommé Porcinet pendant la campagne de 2012 va infliger aux contribuables français.


Mistral perdant

En juin 2011, la France signe un contrat de 1,2 milliards d’euros pour la vente à la Russie de 2 bâtiments de commandement Mistral.
En septembre 2014, Hollande cède aux pressions américaines et suspend la livraison en précisant que « les conditions de la livraison ne sont pas réunies ».
Les conditions ? Quelles conditions ? Celles qui figurent dans le contrat signé par les 2 parties ? Non bien sur, les conditions avancées par Hollande sous la dictée d’Obama.
Depuis un an, les spéculations vont donc bon train en ce qui concerne le coût de cette annulation unilatérale du contrat.
Début août, Le Drian, ministre de la défense jure sur la tête de Hollande que la France paiera « moins de 1,2 milliard d’euros » à la Russie.
Mais selon le Canard Enchaîné du 12 août 2015, la facture est beaucoup plus lourde et s’élèverait à près de 2 milliards d’euros.
D’après le journal, environ 1 milliard d’euros a été remboursé en secret à la Russie le 5 août 2015. Il faut ajouter à cette somme 250 millions d’euros pour la marge du constructeur, la DCNS, 200 millions pour la remise en état des bateaux après leur avoir enlevé tous les équipements russes. Il faudrait rajouter également un manque à gagner de 450 millions d’euros pour des équipementiers Thalès et Safran.
En attendant que les Mistral trouvent de nouveaux acquéreurs, il ne faut pas oublier les frais de gardiennage, d’entretien et de maintenance pour 5 millions d’euros par mois.

Et puisqu’on n’est plus à un mensonge prêt, le gouvernement socialiste nous assure que de nombreux pays sont intéressés par nos Mistral parmi lesquels l’Egypte. Hollande est donc bien décidé à transformer le pays des pharaons en poubelle de la France en lui refourguant coûte que coûte nos appareils militaires dont personne ne veut. Après le Rafale, le Mistral ? Sauf que le Mistral est un bâtiment de commandement conçu pour des opérations éloignées de son propre territoire et aux dernières nouvelles, l’Egypte n’a pas encore décidé de prêter main forte à Hollande pour reconquérir la Crimée via la Mer Noire.

Le parlement français doit être saisi en septembre pour ratifier l’accord et ce gouvernement d’incapables et de menteurs nous promet toute la transparence sur les chiffres à cette occasion. Gageons que nos gentils députés godillots socialistes donneront à Hollande tout l’argent qu’il réclamera sans sourciller.


Sanctions contre la Russie : l’effet boomerang

En juillet 2014, les Etats-Unis et l’Union Européenne décident d’une série de sanctions contre la Russie pour bien lui faire comprendre qu’elle doit lâcher l’Ukraine et laisser les pro-nazis de Kiev gouverner cette nouvelle province américaine.

Les sanctions sont larges, elles concernent aussi bien les domaines financiers, économiques, technologiques que militaires. En outre, les avoirs de plusieurs hommes d’affaires proches de Poutine et de plusieurs banques sont bloqués.

Comme chacun peut s’en rendre compte, la situation en Ukraine n’a pas bougé d’un pouce et les sanctions à l’encontre de la Russie sont totalement inefficaces.
Inefficaces, mais pas sans conséquences.
En effet, par mesure de représailles, et pour montrer de quel gaz il se chauffe, Poutine a décidé d’instaurer un embargo sur tous les produits alimentaires européens. La France à elle seule exportait pour plus d’un milliard d’euros par an vers la Russie, tiens…, le prix d’un autre Mistral.


1,40 €, le prix politique du porc

En ce qui concerne le porc, la France en vendait environ 70 000 tonnes à la Russie pour un chiffre d’affaires estimé à 100 millions d’euros, une bagatelle, quoi… La France, mais aussi l’Espagne et l’Allemagne, principaux producteurs de porcs européens sont particulièrement touchés par l’irresponsabilité de Bruxelles.

La décision de la Russie, premier client de la filière porcine européenne, oblige donc les acteurs à trouver des solutions pour écouler autrement leur production.
N’en déplaise aux socialistes au pouvoir, nous vivons dans une économie de marché. Par conséquent, que se passe-t-il lorsque l’offre est beaucoup plus importante que la demande ? Les prix s’effondrent.
Sauf… En France. Où les gouvernants socialistes, grands économistes devant l’Eternel, mettent le couteau sur la gorge aux industriels et imposent un prix minimum de 1,4 € le kilo. Dans le même temps, l’Espagne et l’Allemagne, elles, baissent les prix, si bien que la France est totalement déconnectée du marché.

Résultat, afin de protester contre ce prix politique imposé pour obtenir la paix sociale et qui les étrangle, les 2 principaux acheteurs de porc : la Cooperl et Bigard décident de boycotter le marché de Plérin qui sert de référence pour l’ensemble du territoire.

Les éleveurs de porc ne pouvant écouler leur bêtes faute de cotation sont en train de mourir asphyxiés, victimes collatérales de la politique étrangère stupide et inefficace des socialistes qui nous gouvernent. La filière porcine en France, c’est environ 100 000 emplois.

Outre les éleveurs de porcs, les producteurs de lait, les éleveurs de bovins sont également très durement touchés. En catastrophe, le gouvernement socialiste annonce qu’il va débloquer 600 millions d’euros pour la filière agricole française, rien que ça. Et c’est pas de l’argent qu’ils vont prendre sur les comptes suisses de Cahuzac.

On aurait vraiment mieux fait de vendre nos Mistral à la Russie et d’élire un Président digne de ce nom qui mène une politique indépendante et n’est pas perpétuellement aux ordres des américains, ça nous aurait coûté moins cher. 

Aller, courage, plus qu'un an et 9 mois à tenir, ensuite on pourra tirer la chasse d'eau.


(1) http://philippealain.blogspot.fr/2015/02/et-quand-ils-vont-aux-putes-on-paye.html

samedi 18 juillet 2015

La République française à genoux devant les monarchies arabes


Vallauris est une commune des Alpes-Maritimes située entre Cannes et Antibes qui compte 26 000 habitants ainsi qu'une des nombreuses propriétés de la famille royale saoudienne.

Comme de nombreux touristes qui apprécient la côte d’azur, le roi et sa cour, environ 500 personnes, rien que ça, décident d’y passer leurs vacances. Après tout, même si la France interdit le port de la burqa, c’est un grand pays qui sait faire passer les intérêts diplomatiques avant ses propres lois.
Comte tenu de la température caniculaire qui règne en France, il est absolument indispensable de pouvoir rafraîchir tout ce beau monde. Or, pour le plus grand bonheur des princes arabes, la villa luxueuse a été bâtie au pied d’une plage publique. 

Tout naturellement, les princes arabes décident donc de casser une partie de la balustrade de la terrasse et de couler une dalle de béton dans le sable de la plage afin d’y construire un accès direct. Dans le même temps, ils décident de fermer le principal accès à la plage histoire d’éviter les contacts avec la population locale et ses coutumes barbares comme le port du maillot de bain pour les femmes ou le jambon-beurre pour le pique-nique.

Mais patatras. Dès le début des travaux, la maire UDI, Michelle Salucki qui elle, n’a pas de Rafale à vendre, envoie sa police municipale pour expliquer à ses très chers invités qu’il existe quelques lois en France et en particulier la loi littoral qui interdit de s’approprier une plage publique.

Qu’à cela ne tienne, les princes arabes appellent leurs amis socialistes du gouvernement qui contactent immédiatement le sous-préfet du coin qui se fend d’une déclaration : « la plage publique devrait être totalement interdite au public le temps du séjour de la famille royale ». Et il précise: « pour des raisons de sécurité ». Il oublie de rajouter: « et de confort ».

Non mais de qui se foutent-ils ?

Il faudrait que le sous-préfet et ses patrons socialistes nous expliquent comment ils vont assurer la sécurité de 500 personnes pendant un mois alors que nous sommes en plan vigi-pirate et que les policiers ont autre chose à foutre que se transformer en surveillants de baignade pour les nouveaux amis de Hollande. Il faudrait également qu’ils nous expliquent en quoi un accès privé et direct à la plage depuis le palace est indispensable au point de violer la loi littoral.

Mais violer la loi française n’est pas grand chose pour des dirigeants qui violent tous les jours les droits de l’homme les plus fondamentaux.

Selon Amnesty International, l’Arabie Saoudite figure en effet dans le top 5 des pays qui exécutent le plus grand nombre de personnes chaque année.
Ah oui, chez le grand ami des socialistes, on lapide les femmes adultères et on coupe les mains des voleurs. Les femmes non adultères, elles, n’ont pratiquement aucun droit. Elles ne peuvent voyager, étudier ou travailler sans l’autorisation d’un homme. Elles n’ont pas le droit de vote et tenez vous bien, l’Arabie Saoudite est le seul pays au monde où les femmes n’ont pas le droit de conduire. Selon Mona Eltahawy, journaliste Americano-egyptienne, "Les Saoudiens pratiquent un apartheid basé sur le genre tout comme l’Afrique du Sud pratiquait un apartheid racial. "

Pour les homosexuels, si chers aux socialistes français, pas question de mariage en Arabie Saoudite. L’homosexualité y est tout simplement passible de la peine de mort. 

Il n’existe aucune église malgré la présence de plus d’un million de travailleurs étrangers chrétiens qui ont en revanche obligation de respecter le ramadan.  L’apostasie (conversion d’un musulman à une autre religion) est, elle aussi, passible de la peine de mort. Le blogueur Raif Badawi a été pour sa part condamné à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouets pour « insulte à l’Islam ».

En mai 2015, alors même que Hollande se trouvait là-bas pour lécher les babouches des monarques, on pouvait trouver sur le site officiel du Ministère Public une petite annonce pour le recrutement de 8 bourreaux. Aucune qualification requise, leur rôle consistera à « exécuter les condamnés à mort », mais aussi à « pratiquer des amputations » sur les personnes condamnées pour vol.

C’est donc pour le confort de ces grands défenseurs de la laïcité, de la liberté d’expression et des droits de l’homme que la République socialiste française autorise la privatisation temporaire de son domaine public ainsi qu’une violation de ses propres lois . 

Encore une fois, les socialistes qui nous bassinent à longueur de journée avec leur morale à deux balles et leur « je suis Charlie » nous démontrent à quel point ce sont des menteurs, et des usurpateurs sans foi ni loi qui salissent à chaque occasion les valeurs de la République. 

Cette fois, c’est en déroulant le tapis rouge et en se mettant à genoux devant les pires bourreaux de la planète qui s’assoient ouvertement sur tout ce que le gouvernement socialiste lui-même revendique comme ses propres valeurs.